Transylv-aisne

13 mai 2017

Merci Brigitte !

Ca y’est…je suis foutue !  Date de péremption d’une femme… 40 ans !

Dès le lendemain de mon anniversaire, les courriers et les mails fusent : Ménopause : comment la maîtriser ? – Le classement des meilleures maisons de repos par département - Obsèques : le meilleur contrat – Offre spéciale « Notre Temps »… Top des contrats santé « sénior » et j’en passe ! Brrr !!! Ca fait froid dans le dos ! Je ne suis pas prête ! Le modèle du déambulateur peut attendre ! Le choix de la prothèse auditive aussi !

                                                        tableau-citation-age-anniversaire-40-ans-listing1

Ensuite il y a Brigitte ! Cette femme que j’ai découverte à la télé, quelques jours après mon anniversaire, le soir du premier tour des élections et que j’ai confondue avec Mireille D’arc au premier abord, mais maintenant je trouve qu’elle a plutôt des airs de Jane Fonda. Cette femme qui, à 40 ans, a osé. Trop osé pour certains, mais elle s’en fiche. C’est ce qu’on devrait tous faire, car notre bonheur n’a pas de prix. Elle a osé le bonheur et elle a plutôt réussi ! Son regard pétillant respire l’amour. 24 plus tard, c'est une femme épanouie qui aime et qui est aimée. Je vois une femme digne, qui assume son amour et sa famille. Je ne vois pas une cougar, encore moins une « vieille peau ». Mais je peux essayer de comprendre aussi ceux qui la mettent au mur, des gens aigris, qui n’attendent plus rien de la vie, pour qui voir un regard aussi pétillant de bonheur fait mal, car ça contraste trop avec leur quotidien vidé de sens.

Et là je me dis non, rien n’est foutu ! Le bonheur n’a pas de date de péremption ! Merci Brigitte !

 

Posté par Transylv-aisne à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 mai 2017

Sans viande - Saucisses aux herbes végan

Bienvenus au premier rendez-vous « Sans viande ». Le premier vendredi de chaque mois ce sera une recette sans viande, tout participation et suggestion est bienvenue ! Prochain rendez-vous, le vendredi 2 juin.

 

                                                   sans viande

Un barbecue, une raclette, un repas de Réveillon ou de Pâques, tout autant d’occasions de se retrouver en famille autour de la table. J’ai survécu au premier Noël sans foie gras, sans la dinde fourrée aux marrons, j’ai laissé l’agneau gambader dans le pré le weekend de Pâques, mais après presque 40 ans de recettes traditionnelles, avec beaucoup de viande, parfois on manque d’inspiration quand on élimine « l’ingrédient » autour duquel on construisait ses repas.

A la saison des barbecues, après les salades et les taboulés, je ressens un manque. Je sais que certains ne comprennent pas pourquoi on a besoin d’appeler les simili-carnés du nom leur équivalent : jambon, saucisse etc, mais pour moi c’est très important, pour créer de nouveaux repères. C’est un peu une re-diversification alimentaire, je pense aussi difficile que la première, sauf que là je sais comment faire pour ne pas recracher sur le bavoir ce que je n’aime pas, et il y a certaines associations d’aliments et épices qui sont plus qu’improbables et que même mes chiens n’en veulent pas ! Donc oui, j’ai succombé au pêché et j’ai décidé de faire des saucisses pour les barbecues de cet été! Même des merguez et des ribs !

Le livre de Sébastien Kardinal, « Ma petite boucherie végan », m’a fait de l’œil dès sa sortie. Les recettes, pour la plupart, ont des ingrédients facilement trouvables dans des biocoop et le prix de revient du produit fini et très abordable, à diviser par 10 par rapport au prix d’achat du même produit industriel, du commerce. Il ne faut pas s’attendre au gout des saucisses  « pur porc », mais on arrive à faire illusion, surtout à l’aspect et à la texture !

Les ingrédients pour 6 à 8 saucisses :

  • 1 gousse d’ail
  • 2 échalotes
  • 15g de persil plat (l’équivalent d’une demi-botte)
  • 50 cl de bouillon de légumes
  • 15 cl de vin blanc sec
  • 50g de PST (protéines de soja texturées)
  • 300g de gluten de blé
  • ¼ noix de muscade (j’en avais en poudre, j’ai mis une bonne pincée, mais la prochaine fois je vais mettre autre chose, je ne suis pas fan de la muscade à part un fin nuage dans la béchamel)
  • 2g de poivre noir (la prochaine fois je vais mettre le double, j’adore e poivre !)
  • 10g de sel fin non raffiné (la prochaine fois, je vais mettre un peu plus)

 

Eplucher et émincer l’ail et les échalotes, hachez le persil, rajouter le tout au bouillon de légumes, faire chauffer. Ajouter le vin blanc et les PST et laisser cuire à feux doux 10 minutes, sans couvrir, puis laisser refroidir complètement.

                                                 WP_20170429_002

Mélanger les ingrédients secs : gluten en poudre, sel, poivre, muscade moulue. Faire une pâte en mélangeant les ingrédients secs avec les ingrédients humides complètement refroidies : PST dans le bouillon. Bien pétrir à la main ou au robot muni d’une feuille. J’ai pétri à la main et c’est la pâte la plus bizarre que j’ai jamais pétri/modelé ! Pour ceux qui n’ont jamais manipulé le gluten de blé, c’est très surprenant comme consistance, un genre de pâte très aérienne et très élastique, qui se comporte un peu comme du latex ou de la mousse. Diviser la pâte en 6 ou 8 part, en fonction de ce que vous voulez : taille saucisses de Toulouse ou chipolatas et façonnez les saucisses ! Bon courage !

                                                 WP_20170429_003

Je dois surement m’entrainer, car la pâte est un peu rebelle et reste assez asymétrique. Je n’ai pas compris pourquoi Sébastien Kardinal a dit de « contraindre » les saucisses dans du film alimentaire, je trouvais le mot assez fort, mais en réalisant la recette, j’ai mieux compris. C’est le fait de les « contraindre » qui leur donne vraiment la forme. J’en ai fait 4 dans du cellophane de cuisson et 2 dans du film alimentaire, mais j’aimerais trouver une variante plus naturelle et qui ne craint pas le transfert de BPA ou autre molécule qui risque de migrer du plastique à l’aliment. Serrer avec des ficelles aux deux bouts si besoin, pour le cellophane, je l’ai fait, par contre, pour le film alimentaire, je n’en ai pas eu besoin, le simple fait de rouler le film a suffi.

                                                 WP_20170429_007

Cuire les saucisses à la vapeur pendant une heure. Retirer le film et les faire dorer à la poêle, avec un peu de matière grasse ou encore mieux, les faire cuire au barbecue !

                                                 WP_20170429_008

Bon appétit !

 

 

                                                 WP_20170429_009

 

 

03 mai 2017

Une année sans viande

 

                                                    sans viande

 

En arrivant en France, l’une des choses qui m’ont le plus manqué les premières années, c’était les petits déjeuners de mon pays. Habituée avec la charcuterie, pâtés et fromages de bon matin, le pain à la confiture, les chocapic ou même les jours plus « riches » avec de la viennoiserie me semblaient fades. Ce qui fait que les 3 principaux repas de la journée, contenaient de la viande…

L’année dernière, début février, avant d’aller voir une expo, je prends le petit déjeuner, de la charcuterie roumaine que j’ai toujours trouvé délicieuse…je ne savais pas que ça allait être mon dernier repas contenant de la viande. J’en ai parlé ici.

Passer du jour au lendemain de 3 repas de viande par jour à 0, n’a pas été toujours facile et ne l’est toujours pas, un an et trois mois après. Au début j’ai acheté tout ce que j’ai pu trouver en simili carné : jambon, saucisse, saucisson, fausse viande… évidemment, chaque fois c’était la déception, la texture de carton-pâte et le gout de …rien m’ont fait y renoncer. Ce que je trouve réussi c’est le pâté Bjorg, La Terrine Forestière plus exactement, que j’essaie de reproduire à la maison depuis une année et je n’y arrive pas. Si quelqu’un a une recette, je suis preneuse !

                                        

                                                 Sarmale

Je continue à faire quelques recettes que j’avais l’habitude de faire, comme le chili con carne, des burritos ou les lasagnes bolognaises ou je remplace la viande par du PST (protéine de soja texturée), c’est pratique et on la trouve sous plusieurs formes, pour remplacer le haché, en lamelles, en cubes ou en morceaux plus grands, style escalopes. Mais je pense que la meilleure façon de remplacer la viande est de ne pas essayer de la remplacer, mais de changer sa façon de cuisiner et de trouver des nouvelles saveurs. Cependant il y a des moments où on a envie de partager une cuisine conviviale avec le reste de la famille, qui aime les barbecues, la raclette et la cuisine traditionnelle en général, donc j’essaye de trouver des variantes sans viande, en m’inspirant de livres de recettes, de blogs ou de sites dédiés.

                                                 

                                                  Porc al pastor

Les recettes les plus réussies ont été celles de la cuisine libanaise et indienne : des currys, des fallafels, le houmous – un indispensable, surtout en été, très facile à faire et un vrai délice. Même Petit Crapaud apprécie cette cuisine du monde sans viande, du haut de ses 4 ans : « Ce soir on a mangé Mégane ! » au lieu de « végan », du nom d’une copine de sa classe…

Je vais publier une série de recettes testées et approuvées, que j’ai trouvé réussies et savoureuses, si vous voulez y participer ou si vous avez des idées, toute contribution est bienvenue !

A venir : la recette de saucisses aux herbes du livre « Ma petite boucherie végan » de Sébastien Kardinal.

Je vais fixer ce rendez-vous « Sans viande » le premier vendredi de chaque mois, donc prochain rendez-vous, le vendredi 5 mai.

 

Posté par Transylv-aisne à 03:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2017

OHANA - Un anniversaire Stitch (Lilo & Stitch) avec DIY pinata

Fan de Stitch, depuis sa toute première rencontre avec l’extraterrestre farceur à Disneyland, il y a 2 ans, Petit Crapaud a voulu « l’inviter » à son anniversaire.

                                                  Invit Stitch - Copie

Comme on n’aime pas faire dans la simplicité, comme « Cars », « Spiderman » ou autres pirates sont des thèmes trop communs dont on trouve facilement des éléments de déco, on a du s’atteler à fabriquer de la déco « Ohana », pour les initiés.

« Ohana signifie familleFamille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié. »

1 STITCH

J’ai fait un grand gâteau à la crème mousseline, décoré avec une feuille azyme avec la photo de Petit Crapaud, Lilo et Stitch. J’ai voulu faire 3 mini brownies « 626 », le numéro de l’expérience Stitch, mais j’ai oublié et confondu avec 625, mais Petit Crapaud a dit que ce n’était pas bien grave, car 625 c’est Reuben, le roi des sandwichs. J’ai pu faire quelques sablés, grâce aux emporte-pièces Stitch et les enfants ont eu des barbe-à-papa, juste pour le plaisir !

                                                 2 STITCH

Chaque enfant a été accueilli avec un collier hawaïen, ainsi qu’avec des tatouages éphémères Stitch. Etant donné que les invités avaient 3-4 ans, on s’est résumé à installer une tente à balles et un toboggan qui ont rencontré un franc succès,  des petits jeux qui ont été boudés et la vedette de la fête : la pinata ! C’est la deuxième que je bricole : la pinata Mickey de l’année dernière, quand je me suis promis que la prochaine pinata que je vais faire, sera pour ses 18 ans. Je n’ai pas pu résister à son sourire charmeur « Je veux une pinata, steupléééé maman chérie que j’aime !!! ».

3 STITCH

La pinata est très facile à faire, mais il faut s’armer de patience, car c’est très long ! Il y a deux possibilités pour faire la base : en carton découpé à la forme que l’on souhaite et celle en papier mâché, qui s’apprête généralement à une pinata ronde ou ovale. Il y a deux possibilités de la « casser » aussi : à ficelles et à taper. Pour la première, chaque enfant tire sur une ficelle, il y a en principe autant de ficelles que d’enfants, et une des ficelles est collée de façon à enlever la partie basse et laisser tomber tous les cadeaux et bonbons. L’année dernière, la pinata Mickey était à ficelle, mais cette année j’ai voulu changer. Il suffit de laisser une petite partie un peu plus fragile pour que « la casse » ne soit pas trop fastidieuse.

Pour la pinata en papier mâché nous avons besoin d’un grand ballon, de papier journal (pas de pub papier glacé), de colle à base de farine et de beaucoup de patience. Gonfler le ballon, l’accrocher sur une corde à linge ou entre deux chaises avec une ficelle ou sur un étendoir à linge. Dans une casserole, mettre une tasse de farine et une tasse d’eau, faire chauffer en mélangeant. Arrêter quand la « colle » a pris (un peu comme une sauce). Laisser refroidir. Découper des bandes de papier journal de 3/4 cm de large environ. Appliquer de la colle sur les bandes de papier journal et les coller sur le ballon (tout en laissant un trou pour pouvoir garnir la pinata). Prévoir 5/6 couches de papier mâché pour permettre à la pinata d’être bien solide. Laisser sécher plusieurs jours. J’avais accroché la mienne sur un étendoir à linge devant la fenêtre que je laissais ouverte la journée. Avant de la décorer, il ne faut surtout pas oublier d’accrocher une ficelle dans la partie supérieure et surtout de la garnir de bonbons, petits jouets ou autres petits objets.

Pour la décorer, on fait des bandes de 5 cm environ dans du papier crépon, on plie les bandes en 2, on coupe des franges et on colle les bandes sur la base pinata en les superposant. Pour la Stitch, je n’ai pas eu de papier crépon de la bonne couleur et j’ai collé du papier 80g, le résultat a été plus que satisfaisant ! On finit la décoration de la pinata en fonction du thème choisi. Pour la pinata Stitch, j’ai collé des oreilles roses, découpés dans un vieux dossier à élastique, un nez en pompon, des yeux et une bouche que j’ai imprimé.

4 STITCH

Les enfants adorent toujours le moment « pinata », autant la « casser » que ramasser le butin ! Petit Crapaud a déjà choisi la pinata de ses 5 ans : ce sera un ptérodactyle ! Je me souhaite bon courage !

 

 

01 mars 2017

Un mărţişor (ne) fait (pas) le printemps !

Si en France le printemps arrive le 21 mars, en Roumanie, pour la grande majorité des roumains, le printemps arrive avec trois semaines d’avance, c’est-à-dire aujourd’hui, le 1er Mars.

Mes souvenirs les plus lointains de ce jour remontent au CP, 1ère classe en Roumanie, car là-bas le calcul est plus simple, on rentre en 1ère (CP) et on finit le lycée en 12ème, équivalent de la terminale. Les derniers jours de février, les magasins de l’époque communiste, monochromes et très pauvres, avec les rayons vides d’ordinaire, s’ornaient de magnifiques mărţişor que me tenait bouche bée d’émerveillement devant les vitrines. De petits bijoux en métal peint représentant des ramoneurs, fers à cheval, trèfles à 4 feuilles ou encore des coccinelles, autant de talismans porte-bonheur étaient épinglés avec soin sur un grand cœur plat en polystyrène recouvert de velours noir. Je me souviens des listes que je faisais avant d’aller en acheter : les plus beaux pour maman, la maîtresse et les meilleures copines, des plus ordinaires pour les autres camarades de classe. Si je réfléchis un peu, c’était certainement mon premier swap !

martisor

Chaque mărţişor est attaché par un fil torsadé rouge et blanc, c’est obligatoire ! Le mărţişor est porté comme une broche, accroché avec une épingle à nourrice sur le pull et sur le col du manteau. Si le petit bijou est un porte bonheur, le fil est rempli de symboles ancestraux : le renouveau, la renaissance de la nature avec l’arrivée du printemps, l’espoir et l’amour ! En général on reçoit autant de mărţişor que ce que l’on offre, sinon plus, car à partir de 8-10 ans, les garçons en  offrent aux filles, mais plus l’inverse. J’avais mon « tiroir à mărţişor » à la maison, j’aimais les regarder de temps à autre. Les bijoux finissaient toujours emmêlés dans les fils, le tout finissait par faire une grosse boule de fil rouge et blanc !

citinerary

Les mărţişor d’aujourd’hui gardent toujours le fil bicolore en satin avec les deux petits pompons aux extrémités, mais les ramoneurs, fers à cheval et autres trèfles ont fait place à une grande variété de sujets, allant de fleurs, insectes, animaux, à des personnages de dessins animé ou motifs fantaisie. Tout peut devenir mărţişor aujourd’hui, du moment qu’il est accompagné du traditionnel fil torsadé rouge est blanc, j’ai vu un reportage récemment, le choix des matières est infini : métal : précieux ou pas, tissu, feutrine, matériaux naturels comme les plumes, les petits coquillages le bois ou encore le papier travaillé en quilling ou origami, sans oublier la fameuse pâte polymère qui est modelée à toutes les sauces ! La dernière semaine de février, des étals éphémères fleurissent dans les rues et les magasins ont toujours un espace dédié.

martisoare

J’aime toujours offrir un mărţişor à mon entourage proche, j’aime transmettre cette belle tradition. Depuis que Petit Crapaud est scolarisé, j’aime en offrir aussi à sa maîtresse et à ses ATSEM. Aujourd’hui, c’est la première fois qu’on prépare les mărţişor en binôme ! J Je ne suis pas peu fière ! Il a choisi un ramoneur et un fer à cheval pour ses copains préférés et des trèfles pour les autres. Le tout a été fait sur du plastique fou, j’ai fait les contours, le trou à la perforatrice, il a colorié, le tout 2 minutes au four et nous avons 6 jolis mărţişor à offrir !

WP_20170228_003

Pour ce qui ne connaît pas le plastique fou/plastique dingue/shrink plastic, c’est une feuille A4 en plastique transparent, légèrement poncée, qui se dessine, se colorie, se découpe, afin de faire de jolis grigris, bijoux et autres breloques. Après un passage éclair au four à 180°, le plastique rétrécit et s’épaissit. On peut voir l’avant/après passage au four, le livre sur lequel les mărţişor sont posés est le même !

WP_20170228_012

 

NB : mărţişor est mărţişoare au pluriel, c’est un nom neutre : masculin au singulier et féminin au pluriel. Pour une meilleure fluidité du texte, j’ai écorché express le pluriel, même si les doigts me brulent chaque fois que je l’écris ainsi.


26 février 2017

DIY: Souillon, la poupée de Lilo (Lilo&Stitch)

« Je veux Souillon ! T’as entendu, maman ? Lilo, elle a cousu toute seule sa poupée, ça doit pas être très difficile, tu PEUX le faire ! » suivi d’un sourire charmeur.

Comme j’aime relever les défis, surtout concernant Petit Crapaud, quand c’est possible, comme je venais de lui apprendre qu’on ne pouvait pas prendre un dinosaure comme animal de compagnie, même un végétarien et qu’un requin ne rentrerait pas dans l’aquarium avec nos poissons rouges et que pour nos prochaines vacances on ne pouvait pas aller dans l’espace, la demande pour une poupée Souillon m’a parue très pertinente !

J’ai trouvé un patron en téléchargement gratuit, avec des explications en vidéo et je me suis lancée!

WP_20160219_002

J’avais gardé un pyjama vert clair taille 3 mois de mon Crapaud bébé. Après quelques minutes « nostalgie » et quelques photos, j’ai pris les ciseaux ! Le patron a été imprimé sur des feuilles A3. En plus du pyjama, j’ai eu besoin d’un peu de feutrine pour les cheveux et le collier, quelques boutons, un peu de laine pour la bouche et un coussin détruit par Bouboule- le chien, gardé précieusement pour réutiliser le rembourrage en fibre siliconé.

J’ai tout cousu à la main, car j’avais un peu la flemme d’installer la machine à coudre, mais aussi à cause des petites coutures que je trouve plus faciles de faire à la main.

so

Petit Crapaud a été très heureux de le trouver le matin, avant d’aller à l’école. Souillon l’y a accompagné, avant de rentrer lui présenter le reste de la famille « Ohana », comme il dit ! Il m’a aussi fait comprendre qu’il lui manquait Lilo, Reuben, Amsterfield… mais ça attendra! 

WP_20170226_013

 

 Le patron de Souillon en format pdf est disponible icipatron_souillon

 

16 février 2017

Dessine-moi un cœur qui flotte !

Je ne regarde jamais les vidéos partagées sur facebook, mais celle-ci, d’un petit garçon qui souffle sur un cœur qui flotte dans une assiette, m’a intriguée !

J’ai voulu tester l’expérience tout de suite, avec un Petit Crapaud en vacances : l’activité la plus rapide à préparer, avec un résultat bluffant ! Des dessins qui nagent et qui flottent!

                                                              WP_20170215_015

Matériel : un ou plusieurs feutres pour tableau blanc, une assiette en porcelaine, de l’eau et, éventuellement, une paille.

WP_20170215_002

Faire un dessin avec le feutre, directement sur le fond de l’assiette bien sèche, laisser sécher l’encre quelques secondes. Ajouter de l’eau et, c’est magique ! Le dessin se décolle et flotte ! On peut s’amuser à souffler avec une paille pour le faire bouger, c’était très rigolo avec le bonhomme vert, qui prenait des allures de personnage abstrait de Picasso suivant les « vagues » faites par Petit Crapaud avec sa paille !

WP_20170215_009

Il ne faut surtout pas toucher le dessin, ni avec la main, ni avec la paille, car l’encre y colle et le dessin disparait !

Une activité que nous allons surement refaire !

Posté par Transylv-aisne à 02:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 décembre 2016

La tiare de Saint Nicolas

Le premier weekend du mois de décembre est dédié à la Fête de Saint Nicolas dans notre ville, Petit Crapaud n’en a pas raté une depuis sa naissance. Au début ce sont les lumières et les animaux de la ferme pédagogique qui ont attiré son attention, ensuite le personnage de Saint Nicolas et du Père Fouettard qui déambulent en binôme tout le long du weekend, sans parler des nombreuses animations et attractions qui font que nous sommes présents les trois jours à la fête !

                                                           WP_20161202_010

Un concours est organisé chaque année, une création d’objets qui sont exposés dans l’église – celle dans laquelle Petit Crapaud a été baptisé ! – Nous y participons pour la deuxième année consécutive ! L’année dernière nous avons fabriqué la crosse de Saint Nicolas dans des matériaux recyclés, cette années le thème était « La tiare de Saint Nicolas » et nous avons fait un masque à la manière d’un photobooth.

WP_20161202_001 WP_20161202_002    WP_20161202_004 WP_20161202_003

 

Matériel nécessaire :

  • Du carton rigide blanc (une boîte vide de tarte surgelée collée dos à dos ici)
  • Du papier blanc 80 grammes, une feuille A4 nous a suffit
  • Du carton épais rouge – nous avons utilisé du carton ondulé, il m’en restait des chutes d’un autre projet
  • Du washi tape pour la croix
  • Un bâton en bois (de la récup, dans notre cas)
  • De la colle, des ciseaux, un crayon

                                                         WP_20161202_005 1

Couper un ovale de la taille d’un visage d’enfant dans le carton épais, couper un triangle avec la base un peu arrondie dans le carton rouge, coller la croix avec le ruban washi tape. Couper la feuille A4 en bandes de 5 cm environ couper des franges larges dans chaque bande et, l’étape la plus fastidieuse : enrouler chaque frange autour d’un crayon, un peu comme pour faire du quilling, ce sera la barbe de Saint Nicolas. Coller chaque « frange » sur l’ovale en carton rigide, coller la tiare et le bâton. C’est très rapide et très simple à faire ! Pour un enfant de 4 ans, enrouler les petits papiers autour d’un crayon demande pas mal de concentration, il a tendance à plier pour que ça aille plus vite, mais Crapaud a compris assez rapidement « comment ça marche » et il a décrété que ce n’était pas son activité préférée ! On aura un peu exercé la motricité fine !

Avec ce billet je participe au RDV mensuel de Doriane du Pays des Merveilles, un de mes blogs préférés, qui nous prouve encore une fois que L’art est un jeu d’enfant… même si on le savait déjà ! ;)

 

l-art-est-un-jeu-d-enfant1

Les autres participantes ont fait des choses magnifiques, autour du thème des petits papiers :

09 novembre 2016

Filo de Quercetti – dessiner ne tient qu'à un fil

Pour ce RDV que Poupette nous donne, j’ai choisi un jeu que j’ai acheté sans trop y croire. L’idée me plaisait bien, mais je ne pensais pas que Petit Crapaud, qui boude un peu l’écriture, allait s’y mettre plus de 2 minutes !                                                                                                                                                                         8007905005705

Mais…surprise ! Après avoir essayé de faire un carré rouge, puis une maison, il a reproduit l’hélicoptère et si je l’avais laissé, il aurait continué avec d’autres modèles ! Il m’a prévenue, avant d’aller au lit « Demain je vais écrire mon nom ! »

                                        WP_20161108_006                        WP_20161108_006

Donc un jeu acheté car il était en super promotion, devient un chouchou de Crapaud, inconditionnel des jeux d’imitation !

          WP_20161108_007   WP_20161108_009   WP_20161108_010

Le jeu est composé du support qui fait aussi office de valisette, avec l’écran blanc en plastique avec des trous à membrane, de lacets des couleurs primaires, de stylos (ça ressemble à des stylos Bic sans mine :)  ) et la règle de jeu avec des modèles.

                             WP_20161108_011     WP_20161108_012

Pour jouer, rien de plus simple : il faut introduire le lacet dans le stylo et on commence à « dessiner » : le lacet se bloque dans chaque trou grâce à la membrane. Je trouve ça super pour la motricité fine, car il faut contrôler la force avec laquelle on plante le lacet : pas assez - il ne reste pas, trop fort – on détruit/arrache ce qui a été fait. Le juste milieu a été trouvé très rapidement par Petit Crapaud !

Un jeu à partir de 4 ans, 1 seul joueur à la fois, car un seul support.

Allez faire un tour chez Poupette, il y a plein de trucs sympa:

                                                                    mesjouetspreferes-300x300

Posté par Transylv-aisne à 00:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 octobre 2016

Une journée à Lille – Le Salon Baby et le Zoo

L’année dernière j’ai pu répondre « présente » à l’invitation au Salon Baby de Lille !  C’est un salon que j’aurais adoré faire il y a 3 ans et j’aurais beaucoup aimé il y a deux ans. L’année dernière, Petit Crapaud était un peu grand pour pouvoir profiter pleinement des produits présents sur les stands, mais nous avons quand même  pu trouver notre bonheur !               

                                       sa

Après un petit déjeuner sympa entre bloggeuses, nous avons pu y faire un tour en avant-première. Dès l’entrée, c’est le stand de littérature jeunesse « Formulette » qui m’a fait de l’œil ! J’avais envie de tout acheter, pour Petit Crapaud et aussi pour mon boulot (pour les ateliers des bébés au musée que j’avais mis en place après avoir bataillé avec les deux directrices qui se sont suivies et qui ont eu du mal à accepter le concept) tellement c’est beau, coloré, puis il y a un CD avec chaque livre ! Il y en a pour les bébés, l’éveil des sens, des couleurs, de la musique,  de l’art. Pour les plus grands avec les langues étrangères, les thématiques : Noël, les vacances, l’été etc. Brassens, Bourvil, Joe Dassin ou Brel pour les enfants, c'est juste fabuleux! On a eu du mal à quitter ce stand ! Et en bonus, on a pu parler à Rémy, écouter quelques chansons en direct live aussi !

Je n'ai pas pu me résoudre pour les exemples de Formulette, tellement ils sont tous géniaux!

L'éveil:

eve eveillls eveills eveils

 

La musique:

mus musi  musii musique

 

Les comptines:

comptines pot comptines comptines-de-noel comptines-et-musique-autour-du-monde 

Et mes chouchous, avec les "Ateliers Musée - une œuvre/une chanson" et aussi les comptines en langue des signes - on signe de plus en plus avec bébé avant les premières paroles et l'échange est très enrichissant, j'aurais adoré trouvé cet outil quand Petit Crapaud avait quelques mois:

                                                       c art comptines-en-langue-des-signes

Un autre stand qui valait le détour, c’était celui de Munchkin et Latch. La vendeuse nous a présenté sa barre de direction Dooky pour poussette, ou sa BuggyBar pour les intimes, nous avons failli l’acheter, mais pour une utilisation très occasionnelle de la poussette – enfant de plus de 3 ans - on est revenus sur notre décision. Mais c’est un « must have » pour les jeunes parents, car grâce à cette barre, qui s’installe en 30 secondes chrono, on peut manier la poussette d’une main et avec facilité ! J’adore cette marque, Petit Crapaud en a eu même un doudou ! Original et qui a failli être clandestin à la crèche, mais qui nous est toujours utile ! J’en ai parlé ici.

                                                barre-de-direction-pour-poussette-canne (1)     barre-de-direction-pour-poussette-canne

Si on demande à Petit Crapaud quel était  son stand préféré, la réponse est sans équivoque : la salle de jeux ! Plus connue sous le nom de stand Vtech, sans aucun objet à vendre, mais tout à essayer. Suite au passage sur ce stand, Petit Crapaud a rajouté sur sa liste de Noël des Switch’n Go Dino et un Mammouth, il joue toujours avec et veut agrandir sa collection.

 

                                                               salon                

  

Les visiteurs ont eu des petits cadeaux sympas : échantillons grand format, magazines, la Baby Box offerte par Auchan Drive et plein de bons de réductions, ils ont pu se faire des selfies polaroid et repartir avec la photo, se prendre en photo avec des mascottes velues, profiter des différentes activités proposées aux enfants etc. Tout pour se sentir bien !

                                           salo sal salonn

A la sortie du Salon Baby, nous avons profité pour faire un tour au Zoo de Lille, qui a l’avantage d’être gratuit !

                              zoop zooph zoox

Cette année, j’ai décliné l’invitation au Salon Baby, mais je recommande à toute femme enceinte ou maman d’enfant de 0-2 ans d’y aller ! Et c’est le weekend prochain, le 22 et le 23 octobre au Grand Palais à Lille !