Transylv-aisne

01 avril 2018

Femme épanouie/Mère indigne ?

Je sors de mon hibernation avec un billet que je n’ai jamais osé écrire, mais finalement, comme j’en ai besoin… pourquoi pas ?

« Maman à plein temps », « Femme au foyer et fière de l’être », « Maman au foyer – le plus beau métier du monde » - je vois défiler ces statuts depuis des années sur les pages de mes amies et je me suis toujours demandée si elles le pensent vraiment ou si elles essayaient de s’en convaincre. Je me suis toujours demandée si c’est moi qui disjoncte, sans jamais avoir osé le demander, car pour moi, l’épanouissement n’a jamais été synonyme de femme/maman au foyer. Loin d’être une fée du logis, les tâches quotidiennes riment plus avec répétitif que avec créatif. Sans parler de ce sentiment d’isolation, de ces barrières transparentes, qui se multiplient sans cesse, de ces stigmates gravées à l’encre invisible sur le front, mas tellement visibles par tout le monde !

Hier, pour un projet personnel, j’ai dû trier des photos et j’en ai revu certaines. Les photos en rapport avec mon travail m’ont envahie d’une vague de nostalgie mélangée avec de la tristesse, pareil que pour les photos de mon papa, que j’ai perdu il y a moins d’un an…

Ces photos font partie  des ateliers « Baby art » auxquels Petit Crapaud a pu participer. A sa naissance, j’ai voulu l’emmener socialiser, rencontrer d’autres bébés autour d’un projet intéressant. A part les ateliers « massage bébé » qui ont été une aubaine de 0 à 6 mois, il n’y avait rien à 50 km à la ronde. Je me suis bataillé avec la directrice de l’époque pour accepter les ateliers « baby art », ensuite avec la directrice suivante, qui, au bout d’un an, en avait marre de m’entendre et a accepté  quelques séances test. Mais il était hors de question d’investir dans du matériel pour le moment. J’ai donc presque déménagé la chambre de Petit Crapaud : peluches, couvertures, hochets, jouets d’éveil, livres, tente etc . Petit Crapaud a eu la chance de pouvoir participer à quelques ateliers. Il était mon testeur et il faisait très bien son boulot !

                                                WP_20150207_001               

Est-ce qu’on peut tout avoir ? Enfants heureux, vie de famille harmonieuse, vie de couple réussie ET une carrière comblée ? En tout cas, me concernant, je sais que la balance est totalement déséquilibrée sans le dernier point.

Posté par Transylv-aisne à 01:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 février 2018

Quand E.T. rencontre Terminator…mais qui a pondu cet œuf d’Alien ? Encore une expo insolite dans l’Aisne !

Saint Quentin. Galerie St Jacques, en centre-ville. Les expositions temporaires nous ont attirés plusieurs fois, mais celle-ci a complètement fasciné Petit Crapaud !

24297311_1960482974219170_8369507554797239042_o

Avant d’entrer, il s’est arrêté devant l’affiche, qui l’a interpellé ! Tout ému, il entre dans la salle obscure, sans oublier de s’assurer qu’on ne soit pas loin. Pour lui c’était magique ! Il a vu dans la même salle d’expo plusieurs de ses personnages préférés : ET, des robots de Star Wars (R2D2 et C3PO pour les intimes), sans oublier Maître Yoda, des maquettes, des costumes, des affiches et toute sorte de goodies, pour la plupart originaux, provenant de l’univers de la science-fiction.

WP_20171228_14_42_23_Pro

Papa Crapaud, qui n’est pas un amateur d’expositions en général, a été conquis aussi et a affirmé qu’il pourrait faire chaque semaine ce genre d’expo.

WP_20171228_14_56_12_Pro

L’expo n’as pas eu qu’on rôle ludique, mais aussi un éducatif, car Petit Crapaud a été très curieux d’en savoir plus sur la réalisation de maquettes et de décors de cinéma et a posé plein de question sur la réalisation des personnages de fiction.

De retour à la maison, il a voulu revoir E.T. et les jours suivants La Guerre des Etoiles, le premier épisode.

La Galerie Saint-Jacques accueille l’exposition « Générations Science-Fiction » encore un mois et demi, jusqu’au 18 Mars. Ça vaut le détour !

Pour aller plus loin: 

Galerie Saint-Jacques

Galerie Saint-Jacques. 770 likes · 68 talking about this. La Galerie Saint-Jacques présente des expositions éclectiques et diversifiées afin de montrer différentes techniques artistiques et de faire...

https://www.facebook.com


ici.

 

Posté par Transylv-aisne à 00:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 octobre 2017

Le Relais, un achat solidaire : Mago Magino, de Selecta – Les jouets préférés

Je reviens après une longue absence, car je n’ai pas résisté au RDV de Poupette, avec ses jouets préférés !

                                                           mesjouetspreferes

J’ai toujours un petit faible pour les jouets Haba et Selecta et Petit Crapaud est heureux de les découvrir aussi !

Nous avons eu la chance de trouver celui-ci au à la Braderie du Relais. Pour ceux qui ne connaissent pas le Relais, vous pouvez aller faire un tour sur leur site, ici. Vous avez surement vu les grosses bennes métalliques blanches, installées un peu partout en ville, ou on peut faire don de vêtements, chaussures et autres textiles. Dans certains endroits de la région de Hauts de France, nous pouvons faire don de tout ce qui ne nous sert plus, un peu comme pour les Emmaus. Le personnel du Relais prend tout en charge, répare, trie, customise éventuellement afin de tout revendre lors des braderies trimestrielles. Les textiles abîmes sont recyclés, rien n’est jeté ! J’adore ce circuit et le fait que les objets ont droit à une seconde vie ! Dans l’ère du jetable, on répare, on rafistole et on revalorise. On y trouve des jouets, des jeux de société, des peluches, des déguisements, mais aussi des vêtements, chaussures, meubles, électroménager. Pour la plupart des articles, c’est de l’occasion, mais il arrive assez souvent de trouver du neuf, des fins de séries, des lots avec un léger défaut ou tout simplement obsolètes aux yeux du commerce traditionnel, où les collections doivent être renouvelées plusieurs fois par an. Le personnel est souvent recruté parmi les chômeurs en fin de droits. Grace au dons et à ces ventes, le Relais crée des emplois durables pour des personnes en difficulté. En 30 ans, plus de 2 200 emplois ont ainsi été créés.

La prochaine braderie aura lieu ce samedi :

 

                                                           21427252_1413015225462036_5535901312971725205_o

Je profite de chaque braderie du Relais pour faire le plein de jeux de société, jouets et livres pour Petit Crapaud, pour des prix modiques et surtout pour trouver des pépites qui ne sont plus à la vente en magasin traditionnel , comme ce jeu qui est de saison, à l’aube d’Halloween, auprès d’un petit garçon fasciné par les magiciens et les sorcières.

                                              WP_20171002_002   

J’aime les jeux Selecta car, en plus d’être très beaux, il y a toujours une histoire ! Ici c’est l’histoire du magicien Mago Magino qui protège le pays contre la vilaine sorcière… Mais celle-ci a volé le globe en cristal du magicien, donc nous devons l’aider à le retrouver, dans la forêt enchantée. Mais le chemin est plein d’embuches et nous risquons d’être transformés en grenouille !

                                              WP_20171003_002

Le jeu est conseillé à partir de 5 ans, de 2 à 5 joueurs et contient : 1 plateau de jeu avec une sorcière, 10 pions en bois, avec une grenouille peinte du coté bombé, 10 cartes personnages, 1 magicien magnifiquement réalisé, en bois peint, 15 cristaux magiques en verre, 1 gros dé en bois et 1 règle de jeu. Une partie dure 15-20 minutes.

                                               WP_20171003_001

Le case départ est la maison du magicien, le but est d’aller chercher les cristaux cachés dans la forêt enchantée. Les joueurs ont le choix de prendre le raccourci ou le chemin habituel, mais en cas de raccourci, il y a plus de risques d’être transformés en grenouille et d’être ralentis, voire de perdre le cristal qu’on a déjà récupéré ! Il faut se méfier de la sorcière tout le long du chemin !  La présence du magicien sur une case, nous garantit l’immunité. Le premier joueur à rapporter trois cristaux à la maison du magicien a gagné la partie !

Posté par Transylv-aisne à 03:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 juin 2017

Mon Premier Carcassonne – Les jouets préférés !

Petit Crapaud commence à prendre gout aux jeux de société, il boude encore certains, mais il est complètement fan des autres. Nous avons découvert récemment « Mon Premier Carcassonne », la version du célèbre jeu pour adultes, mais en version pour tout petits, car il est conseillé à partir de 4 ans et Petit Crapaud a très rapidement compris les règles.

                                            WP_20170620_009

Il s’agit, comme son aîné, d’un jeu de stratégie et je viens de réaliser qu’un enfant de 4 ans peut être meilleur stratège que moi… je ne sais pas comment le prendre.

Le jeu contient 36 grandes tuiles et 8 pions – petits bonshommes en bois de chaque couleur : rouge, jaune, bleu et vert et la règle du jeu.

                                        WP_20170620_005

Les tuiles font office de plateau de jeu et doivent être posées comme une pioche, chaque joueur prend une tuile à son tour et la place afin de former des routes. Quand une route est fermée, le joueur a le droit de poser un bonhomme de sa couleur sur cette route. Le but est de ne plus avoir de pion/bonhomme.

                                  WP_20170614_002

Une partie de jeu dure un quart d’heure, mais Petit Crapaud en redemande à chaque fois, c’est très addictif comme jeu ! Facile à comprendre, très peu de temps nécessaire pour l’installation du jeu, rapide à ranger, c’est un jeu parfait, que je recommande. J’ai eu la chance de le trouver dans une brocante pour quelques euros, mais j’ai vu qu’il est facilement trouvable dans les magasins de jouets pour moins de 30€. Ou vous avez peut-être la chance de le trouver dans votre ludothèque !

                                                mesjouetspreferes

Avec ce billet, je participe au rendez-vous de Poupette, qui nous présente un joli petit train en bois avec son circuit aimanté, qui se range dans sa valisette.

 

05 mai 2017

Sans viande - Saucisses aux herbes végan

Je vais faire une série de recettes  « Sans viande » avec des recettes testées et approuvées par nous et généralement simples à réaliser. Toute contribution et suggestion est bienvenue !

 

                                                   sans viande

Un barbecue, une raclette, un repas de Réveillon ou de Pâques, tout autant d’occasions de se retrouver en famille autour de la table. J’ai survécu au premier Noël sans foie gras, sans la dinde fourrée aux marrons, j’ai laissé l’agneau gambader dans le pré le weekend de Pâques, mais après presque 40 ans de recettes traditionnelles, avec beaucoup de viande, parfois on manque d’inspiration quand on élimine « l’ingrédient » autour duquel on construisait ses repas.

A la saison des barbecues, après les salades et les taboulés, je ressens un manque. Je sais que certains ne comprennent pas pourquoi on a besoin d’appeler les simili-carnés du nom leur équivalent : jambon, saucisse etc, mais pour moi c’est très important, pour créer de nouveaux repères. C’est un peu une re-diversification alimentaire, je pense aussi difficile que la première, sauf que là je sais comment faire pour ne pas recracher sur le bavoir ce que je n’aime pas, et il y a certaines associations d’aliments et épices qui sont plus qu’improbables et que même mes chiens n’en veulent pas ! Donc oui, j’ai succombé au pêché et j’ai décidé de faire des saucisses pour les barbecues de cet été! Même des merguez et des ribs !

Le livre de Sébastien Kardinal, « Ma petite boucherie végan », m’a fait de l’œil dès sa sortie. Les recettes, pour la plupart, ont des ingrédients facilement trouvables dans des biocoop et le prix de revient du produit fini et très abordable, à diviser par 10 par rapport au prix d’achat du même produit industriel, du commerce. Il ne faut pas s’attendre au gout des saucisses  « pur porc », mais on arrive à faire illusion, surtout à l’aspect et à la texture !

Les ingrédients pour 6 à 8 saucisses :

  • 1 gousse d’ail
  • 2 échalotes
  • 15g de persil plat (l’équivalent d’une demi-botte)
  • 50 cl de bouillon de légumes
  • 15 cl de vin blanc sec
  • 50g de PST (protéines de soja texturées)
  • 300g de gluten de blé
  • ¼ noix de muscade (j’en avais en poudre, j’ai mis une bonne pincée, mais la prochaine fois je vais mettre autre chose, je ne suis pas fan de la muscade à part un fin nuage dans la béchamel)
  • 2g de poivre noir (la prochaine fois je vais mettre le double, j’adore e poivre !)
  • 10g de sel fin non raffiné (la prochaine fois, je vais mettre un peu plus)

 

Eplucher et émincer l’ail et les échalotes, hachez le persil, rajouter le tout au bouillon de légumes, faire chauffer. Ajouter le vin blanc et les PST et laisser cuire à feux doux 10 minutes, sans couvrir, puis laisser refroidir complètement.

                                                 WP_20170429_002

Mélanger les ingrédients secs : gluten en poudre, sel, poivre, muscade moulue. Faire une pâte en mélangeant les ingrédients secs avec les ingrédients humides complètement refroidies : PST dans le bouillon. Bien pétrir à la main ou au robot muni d’une feuille. J’ai pétri à la main et c’est la pâte la plus bizarre que j’ai jamais pétri/modelé ! Pour ceux qui n’ont jamais manipulé le gluten de blé, c’est très surprenant comme consistance, un genre de pâte très aérienne et très élastique, qui se comporte un peu comme du latex ou de la mousse. Diviser la pâte en 6 ou 8 part, en fonction de ce que vous voulez : taille saucisses de Toulouse ou chipolatas et façonnez les saucisses ! Bon courage !

                                                 WP_20170429_003

Je dois surement m’entrainer, car la pâte est un peu rebelle et reste assez asymétrique. Je n’ai pas compris pourquoi Sébastien Kardinal a dit de « contraindre » les saucisses dans du film alimentaire, je trouvais le mot assez fort, mais en réalisant la recette, j’ai mieux compris. C’est le fait de les « contraindre » qui leur donne vraiment la forme. J’en ai fait 4 dans du cellophane de cuisson et 2 dans du film alimentaire, mais j’aimerais trouver une variante plus naturelle et qui ne craint pas le transfert de BPA ou autre molécule qui risque de migrer du plastique à l’aliment. Serrer avec des ficelles aux deux bouts si besoin, pour le cellophane, je l’ai fait, par contre, pour le film alimentaire, je n’en ai pas eu besoin, le simple fait de rouler le film a suffi.

                                                 WP_20170429_007

Cuire les saucisses à la vapeur pendant une heure. Retirer le film et les faire dorer à la poêle, avec un peu de matière grasse ou encore mieux, les faire cuire au barbecue !

                                                 WP_20170429_008

Bon appétit !

 

 

                                                 WP_20170429_009

 

 


03 mai 2017

Une année sans viande

 

                                                    sans viande

 

En arrivant en France, l’une des choses qui m’ont le plus manqué les premières années, c’était les petits déjeuners de mon pays. Habituée avec la charcuterie, pâtés et fromages de bon matin, le pain à la confiture, les chocapic ou même les jours plus « riches » avec de la viennoiserie me semblaient fades. Ce qui fait que les 3 principaux repas de la journée, contenaient de la viande…

L’année dernière, début février, avant d’aller voir une expo, je prends le petit déjeuner, de la charcuterie roumaine que j’ai toujours trouvé délicieuse…je ne savais pas que ça allait être mon dernier repas contenant de la viande. J’en ai parlé ici.

Passer du jour au lendemain de 3 repas de viande par jour à 0, n’a pas été toujours facile et ne l’est toujours pas, un an et trois mois après. Au début j’ai acheté tout ce que j’ai pu trouver en simili carné : jambon, saucisse, saucisson, fausse viande… évidemment, chaque fois c’était la déception, la texture de carton-pâte et le gout de …rien m’ont fait y renoncer. Ce que je trouve réussi c’est le pâté Bjorg, La Terrine Forestière plus exactement, que j’essaie de reproduire à la maison depuis une année et je n’y arrive pas. Si quelqu’un a une recette, je suis preneuse !

                                        

                                                 Sarmale

Je continue à faire quelques recettes que j’avais l’habitude de faire, comme le chili con carne, des burritos ou les lasagnes bolognaises ou je remplace la viande par du PST (protéine de soja texturée), c’est pratique et on la trouve sous plusieurs formes, pour remplacer le haché, en lamelles, en cubes ou en morceaux plus grands, style escalopes. Mais je pense que la meilleure façon de remplacer la viande est de ne pas essayer de la remplacer, mais de changer sa façon de cuisiner et de trouver des nouvelles saveurs. Cependant il y a des moments où on a envie de partager une cuisine conviviale avec le reste de la famille, qui aime les barbecues, la raclette et la cuisine traditionnelle en général, donc j’essaye de trouver des variantes sans viande, en m’inspirant de livres de recettes, de blogs ou de sites dédiés.

                                                 

                                                  Porc al pastor

Les recettes les plus réussies ont été celles de la cuisine libanaise et indienne : des currys, des fallafels, le houmous – un indispensable, surtout en été, très facile à faire et un vrai délice. Même Petit Crapaud apprécie cette cuisine du monde sans viande, du haut de ses 4 ans : « Ce soir on a mangé Mégane ! » au lieu de « végan », du nom d’une copine de sa classe…

Je vais publier une série de recettes testées et approuvées, que j’ai trouvé réussies et savoureuses, si vous voulez y participer ou si vous avez des idées, toute contribution est bienvenue !

A venir : la recette de saucisses aux herbes du livre « Ma petite boucherie végan » de Sébastien Kardinal.

Je vais fixer ce rendez-vous « Sans viande » le premier vendredi de chaque mois, donc prochain rendez-vous, le vendredi 5 mai.

 

Posté par Transylv-aisne à 03:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2017

OHANA - Un anniversaire Stitch (Lilo & Stitch) avec DIY pinata

Fan de Stitch, depuis sa toute première rencontre avec l’extraterrestre farceur à Disneyland, il y a 2 ans, Petit Crapaud a voulu « l’inviter » à son anniversaire.

                                                  Invit Stitch - Copie

Comme on n’aime pas faire dans la simplicité, comme « Cars », « Spiderman » ou autres pirates sont des thèmes trop communs dont on trouve facilement des éléments de déco, on a du s’atteler à fabriquer de la déco « Ohana », pour les initiés.

« Ohana signifie familleFamille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié. »

1 STITCH

J’ai fait un grand gâteau à la crème mousseline, décoré avec une feuille azyme avec la photo de Petit Crapaud, Lilo et Stitch. J’ai voulu faire 3 mini brownies « 626 », le numéro de l’expérience Stitch, mais j’ai oublié et confondu avec 625, mais Petit Crapaud a dit que ce n’était pas bien grave, car 625 c’est Reuben, le roi des sandwichs. J’ai pu faire quelques sablés, grâce aux emporte-pièces Stitch et les enfants ont eu des barbe-à-papa, juste pour le plaisir !

                                                 2 STITCH

Chaque enfant a été accueilli avec un collier hawaïen, ainsi qu’avec des tatouages éphémères Stitch. Etant donné que les invités avaient 3-4 ans, on s’est résumé à installer une tente à balles et un toboggan qui ont rencontré un franc succès,  des petits jeux qui ont été boudés et la vedette de la fête : la pinata ! C’est la deuxième que je bricole : la pinata Mickey de l’année dernière, quand je me suis promis que la prochaine pinata que je vais faire, sera pour ses 18 ans. Je n’ai pas pu résister à son sourire charmeur « Je veux une pinata, steupléééé maman chérie que j’aime !!! ».

3 STITCH

La pinata est très facile à faire, mais il faut s’armer de patience, car c’est très long ! Il y a deux possibilités pour faire la base : en carton découpé à la forme que l’on souhaite et celle en papier mâché, qui s’apprête généralement à une pinata ronde ou ovale. Il y a deux possibilités de la « casser » aussi : à ficelles et à taper. Pour la première, chaque enfant tire sur une ficelle, il y a en principe autant de ficelles que d’enfants, et une des ficelles est collée de façon à enlever la partie basse et laisser tomber tous les cadeaux et bonbons. L’année dernière, la pinata Mickey était à ficelle, mais cette année j’ai voulu changer. Il suffit de laisser une petite partie un peu plus fragile pour que « la casse » ne soit pas trop fastidieuse.

Pour la pinata en papier mâché nous avons besoin d’un grand ballon, de papier journal (pas de pub papier glacé), de colle à base de farine et de beaucoup de patience. Gonfler le ballon, l’accrocher sur une corde à linge ou entre deux chaises avec une ficelle ou sur un étendoir à linge. Dans une casserole, mettre une tasse de farine et une tasse d’eau, faire chauffer en mélangeant. Arrêter quand la « colle » a pris (un peu comme une sauce). Laisser refroidir. Découper des bandes de papier journal de 3/4 cm de large environ. Appliquer de la colle sur les bandes de papier journal et les coller sur le ballon (tout en laissant un trou pour pouvoir garnir la pinata). Prévoir 5/6 couches de papier mâché pour permettre à la pinata d’être bien solide. Laisser sécher plusieurs jours. J’avais accroché la mienne sur un étendoir à linge devant la fenêtre que je laissais ouverte la journée. Avant de la décorer, il ne faut surtout pas oublier d’accrocher une ficelle dans la partie supérieure et surtout de la garnir de bonbons, petits jouets ou autres petits objets.

Pour la décorer, on fait des bandes de 5 cm environ dans du papier crépon, on plie les bandes en 2, on coupe des franges et on colle les bandes sur la base pinata en les superposant. Pour la Stitch, je n’ai pas eu de papier crépon de la bonne couleur et j’ai collé du papier 80g, le résultat a été plus que satisfaisant ! On finit la décoration de la pinata en fonction du thème choisi. Pour la pinata Stitch, j’ai collé des oreilles roses, découpés dans un vieux dossier à élastique, un nez en pompon, des yeux et une bouche que j’ai imprimé.

4 STITCH

Les enfants adorent toujours le moment « pinata », autant la « casser » que ramasser le butin ! Petit Crapaud a déjà choisi la pinata de ses 5 ans : ce sera un ptérodactyle ! Je me souhaite bon courage !

 

 

01 mars 2017

Un mărţişor (ne) fait (pas) le printemps !

Si en France le printemps arrive le 21 mars, en Roumanie, pour la grande majorité des roumains, le printemps arrive avec trois semaines d’avance, c’est-à-dire aujourd’hui, le 1er Mars.

Mes souvenirs les plus lointains de ce jour remontent au CP, 1ère classe en Roumanie, car là-bas le calcul est plus simple, on rentre en 1ère (CP) et on finit le lycée en 12ème, équivalent de la terminale. Les derniers jours de février, les magasins de l’époque communiste, monochromes et très pauvres, avec les rayons vides d’ordinaire, s’ornaient de magnifiques mărţişor que me tenait bouche bée d’émerveillement devant les vitrines. De petits bijoux en métal peint représentant des ramoneurs, fers à cheval, trèfles à 4 feuilles ou encore des coccinelles, autant de talismans porte-bonheur étaient épinglés avec soin sur un grand cœur plat en polystyrène recouvert de velours noir. Je me souviens des listes que je faisais avant d’aller en acheter : les plus beaux pour maman, la maîtresse et les meilleures copines, des plus ordinaires pour les autres camarades de classe. Si je réfléchis un peu, c’était certainement mon premier swap !

martisor

Chaque mărţişor est attaché par un fil torsadé rouge et blanc, c’est obligatoire ! Le mărţişor est porté comme une broche, accroché avec une épingle à nourrice sur le pull et sur le col du manteau. Si le petit bijou est un porte bonheur, le fil est rempli de symboles ancestraux : le renouveau, la renaissance de la nature avec l’arrivée du printemps, l’espoir et l’amour ! En général on reçoit autant de mărţişor que ce que l’on offre, sinon plus, car à partir de 8-10 ans, les garçons en  offrent aux filles, mais plus l’inverse. J’avais mon « tiroir à mărţişor » à la maison, j’aimais les regarder de temps à autre. Les bijoux finissaient toujours emmêlés dans les fils, le tout finissait par faire une grosse boule de fil rouge et blanc !

citinerary

Les mărţişor d’aujourd’hui gardent toujours le fil bicolore en satin avec les deux petits pompons aux extrémités, mais les ramoneurs, fers à cheval et autres trèfles ont fait place à une grande variété de sujets, allant de fleurs, insectes, animaux, à des personnages de dessins animé ou motifs fantaisie. Tout peut devenir mărţişor aujourd’hui, du moment qu’il est accompagné du traditionnel fil torsadé rouge est blanc, j’ai vu un reportage récemment, le choix des matières est infini : métal : précieux ou pas, tissu, feutrine, matériaux naturels comme les plumes, les petits coquillages le bois ou encore le papier travaillé en quilling ou origami, sans oublier la fameuse pâte polymère qui est modelée à toutes les sauces ! La dernière semaine de février, des étals éphémères fleurissent dans les rues et les magasins ont toujours un espace dédié.

martisoare

J’aime toujours offrir un mărţişor à mon entourage proche, j’aime transmettre cette belle tradition. Depuis que Petit Crapaud est scolarisé, j’aime en offrir aussi à sa maîtresse et à ses ATSEM. Aujourd’hui, c’est la première fois qu’on prépare les mărţişor en binôme ! J Je ne suis pas peu fière ! Il a choisi un ramoneur et un fer à cheval pour ses copains préférés et des trèfles pour les autres. Le tout a été fait sur du plastique fou, j’ai fait les contours, le trou à la perforatrice, il a colorié, le tout 2 minutes au four et nous avons 6 jolis mărţişor à offrir !

WP_20170228_003

Pour ce qui ne connaît pas le plastique fou/plastique dingue/shrink plastic, c’est une feuille A4 en plastique transparent, légèrement poncée, qui se dessine, se colorie, se découpe, afin de faire de jolis grigris, bijoux et autres breloques. Après un passage éclair au four à 180°, le plastique rétrécit et s’épaissit. On peut voir l’avant/après passage au four, le livre sur lequel les mărţişor sont posés est le même !

WP_20170228_012

 

NB : mărţişor est mărţişoare au pluriel, c’est un nom neutre : masculin au singulier et féminin au pluriel. Pour une meilleure fluidité du texte, j’ai écorché express le pluriel, même si les doigts me brulent chaque fois que je l’écris ainsi.

26 février 2017

DIY: Souillon, la poupée de Lilo (Lilo&Stitch)

« Je veux Souillon ! T’as entendu, maman ? Lilo, elle a cousu toute seule sa poupée, ça doit pas être très difficile, tu PEUX le faire ! » suivi d’un sourire charmeur.

Comme j’aime relever les défis, surtout concernant Petit Crapaud, quand c’est possible, comme je venais de lui apprendre qu’on ne pouvait pas prendre un dinosaure comme animal de compagnie, même un végétarien et qu’un requin ne rentrerait pas dans l’aquarium avec nos poissons rouges et que pour nos prochaines vacances on ne pouvait pas aller dans l’espace, la demande pour une poupée Souillon m’a parue très pertinente !

J’ai trouvé un patron en téléchargement gratuit, avec des explications en vidéo et je me suis lancée!

WP_20160219_002

J’avais gardé un pyjama vert clair taille 3 mois de mon Crapaud bébé. Après quelques minutes « nostalgie » et quelques photos, j’ai pris les ciseaux ! Le patron a été imprimé sur des feuilles A3. En plus du pyjama, j’ai eu besoin d’un peu de feutrine pour les cheveux et le collier, quelques boutons, un peu de laine pour la bouche et un coussin détruit par Bouboule- le chien, gardé précieusement pour réutiliser le rembourrage en fibre siliconé.

J’ai tout cousu à la main, car j’avais un peu la flemme d’installer la machine à coudre, mais aussi à cause des petites coutures que je trouve plus faciles de faire à la main.

so

Petit Crapaud a été très heureux de le trouver le matin, avant d’aller à l’école. Souillon l’y a accompagné, avant de rentrer lui présenter le reste de la famille « Ohana », comme il dit ! Il m’a aussi fait comprendre qu’il lui manquait Lilo, Reuben, Amsterfield… mais ça attendra! 

WP_20170226_013

 

 Le patron de Souillon en format pdf est disponible icipatron_souillon

 

16 février 2017

Dessine-moi un cœur qui flotte !

Je ne regarde jamais les vidéos partagées sur facebook, mais celle-ci, d’un petit garçon qui souffle sur un cœur qui flotte dans une assiette, m’a intriguée !

J’ai voulu tester l’expérience tout de suite, avec un Petit Crapaud en vacances : l’activité la plus rapide à préparer, avec un résultat bluffant ! Des dessins qui nagent et qui flottent!

                                                              WP_20170215_015

Matériel : un ou plusieurs feutres pour tableau blanc, une assiette en porcelaine, de l’eau et, éventuellement, une paille.

WP_20170215_002

Faire un dessin avec le feutre, directement sur le fond de l’assiette bien sèche, laisser sécher l’encre quelques secondes. Ajouter de l’eau et, c’est magique ! Le dessin se décolle et flotte ! On peut s’amuser à souffler avec une paille pour le faire bouger, c’était très rigolo avec le bonhomme vert, qui prenait des allures de personnage abstrait de Picasso suivant les « vagues » faites par Petit Crapaud avec sa paille !

WP_20170215_009

Il ne faut surtout pas toucher le dessin, ni avec la main, ni avec la paille, car l’encre y colle et le dessin disparait !

Une activité que nous allons surement refaire !

Posté par Transylv-aisne à 02:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,