On a profité des vacances pour partir quelques jours avec Petit Crapaud voir les cousins. Il refuse toujours de parler roumain, même s’il comprend presque tout ! Quel plaisir de les voir jouer ensemble et bien s’entendre !

En regardant les expos du moment, je suis tombée sur une affiche qui m’a interpelée :

        our-body-timisoara

De vrais corps humains, un genre d’expo-leçon d’anatomie ou de foire funèbre, ça dépend du point de vue. J’ai été très étonnée de voir ça dans un pays où les gens sont encore très croyants et où dans la croyance chrétienne le corps est sacré et doit retourner à la terre et non pas être exposé, transporté, découpé, plastifié…

Car c’est exactement le traitement que les cadavres humains ont subi, on appelle ça « plastination », un procédé qui a mon âge, pourtant je n’en ai jamais entendu parler. Le rendu est un peu comme la viande sous vide, sans le côté brillant. Si vous voulez e savoir plus sur le procédé, c’est ici.

Dès l’entrée, on était plongés dans une lumière tamisée : des corps entiers découpés pour montrer certaines parties  de l’anatomie humaine, des morceaux d’être humain, un buste d’enfant sans tête, des organes sains et malades, des tumeurs… Et beaucoup d’explications, des cartels mais aussi des étudiants en en médecine, des dizaines (vivants ! ouf! ), prêts à répondre à nos questions !

WP_20160209_002

Les photos sont interdites, j’ai réussi à en faire une, mais de très mauvaise qualité. Mais n’importe quelle photo ou vidéo ne peut traduire ce sentiment de se balader au milieu de cadavres nus, de voir les corps, la chair, les expressions des visages. Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander de quoi ces personnes sont mortes, de leurs souffrances…

La salle dédiée à la reproduction a été assez surprenante avec les fœtus dans des bocaux, de tout petits bébés de différentes tailles et aux différents stades de la grossesse. En ayant fait moi-même une fausse couche, j’ai tout de suite pensé à la détresse des parents, au vide qu’on peut ressentir quand un si petit être quitte trop tôt et à jamais son nid!

J’ai lu que cette expo a rassemblé plus de 30 millions de visiteurs en France, entre Marseille, Lyon et Paris, avant d’être interdite complètement dans l’Héxagone en 2009. La raison : soupçon de trafic de cadavres de condamnés à mort chinois.

La version officielle est que des personnes malades (donc condamnés à mort par la maladie) on fait don de leurs corps après la mort. On en saura jamais si ce « don » a été influencé d'une façon ou d'une autre.

562952bd62f70962 our-body-1 our-body-7-0

Je suis contente d’avoir pu aller voir l’expo, même si celle-ci m’a profondément bouleversée et a eu des conséquences sur mon quotidien, car depuis ce jour je ne mange plus de viande, moi qui pensait qu’un repas sans viande n’en était pas un ! 

Au début ce n’était pas une décision réfléchie, mais rien que la vue de la viande me dégoutait, ensuite j’ai commencé à me poser plein de questions : si l’homme n’était pas l’animal suprême, si au cours de l’évolution une autre espèce aurait pris le dessus et on se ferait manger, nous en nos enfants ? Ça c’est enchainé avec les questions d’éthique et de cruauté envers les animaux et aujourd’hui je sais que je ne suis pas prête de remettre de cadavres d’animaux dans ma bouche (même si j’en ai plein dans le frigo et dans le congel, car Papa Crapaud est un vrai carnivore et Petit Crapaud mange de la viande aussi).

Evidemment, je suis allée voir l’expo seule, considérant que Petit Crapaud était trop petit pour ce genre de manifestation. J’ai vu des enfants de 6-8 ans et ils n’avaient pas l’air perturbés, au contraire, ils posaient plein de questions. Une jeune fille de 7-8 ans a amusé la galerie avec son humour noir, en disant que la vue de la chair humaine lui donnait envie de manger de la viande grillée.

 NB: la photo avec le corps tranché est faite par moi (la seule que j'ai pu faire en cachette), les autres proviennent d'Internet.